Conférence à Bourges le 8 avril 2015

La conférence « Au jardin des plantes de la Bible » était organisée par la Société d’horticulture du Cher.

Elle a eu lieu  le Mercredi 8 avril, 18 h à l’amphi du Museum de  Bourges.

Parmi le public de nombreux membres de la Société d’horticulture mais aussi des membres des communautés protestantes et catholiques.

Retrouvez un article complet sur le site de la SHC sur http://societedhorticultureducher.fr/?page_id=56

bourges-conférence-080415_1 bourges-conférence-080415_2 bourges-conférence-080415_3 1- PO-avril-2015

2- bourges-conference-080415

extrait de la page de la SHC http://societedhorticultureducher.fr/?page_id=56

Le 8 avril 2015, conférence de Jean Paquereau Au jardin des Plantes au temps de la Bible.

DSC00712  Près de 80 personnes, adhérents et non adhérents, sont venues au Muséum de Bourges, écouter la conférence, intéressante et décontractée, de Jean Paquereau sur les plantes multimilénaires de Palestine au temps de Jésus-Christ ou avant.

DSC00709

Passionné de botanique, ancien horticulteur-pépiniériste, protestant convaincu, il a passé des années à écrire, aidé de compétences adéquates, un ouvrage « Au jardin des plantes au temps de la Bible ». Cet ouvrage sert de base à cette conférence qu’il a déjà donnée en de nombreux endroits depuis une quinzaine d’années.

Parmi quelque cent-dix espèces qu’il a répertoriées, il en présente oralement une trentaine. Pour chacune il donne ses critères de reconnaissance, des conseils et astuces de culture ou d’utilisation, ainsi que les vertus médicinales quand la plante s’y prête ; sans oublier les légendes et traditions qui l’entourent, et des anecdotes passionnantes voire amusantes qui permettent de la découvrir, ou de la redécouvrir.
Ainsi, dans le désordre, a-t-on pu admirer quelques exemples :
le palmier (celui du jour des Rameaux, brandi en l’honneur de Jésus), pour son élégance et sa féminité.
l’expression « aux petits oignons » : plante consommée pour ses vertus digestives, consommée après un bon banquet ou à la suite .. d’une nuit de noces, pour se sentir bien.
Le roseau, qui a donné son nom à la mer Rouge, mer des Roseaux.
Le lis, la canne de Provence, le tamaris, le chardon, et bien d’autres.

DSC00715 Beaucoup de ces plantes ou de ces expressions restent dans la mémoire collective, et pas seulement religieuse. Quelques exemples : le pistachier et l’amandier (symbole de jeunesse et de printemps retrouvé) dont les amandes sont bien connues dans nos apéritifs. Croquer la pomme : ce fruit est-il celui du péché provoqué par Eve? probablement non, car en latin, poma » veut dire beau fruit (fruit tentant !) et non pomme. Le papyrus connu de tous comme antique support d’écriture.L’olivier et ses rameaux, symbole éternel et universel de paix. Et que dire du figuier et de sa « feuille de vigne ». Etait-ce vraiment une feuille de vigne qu’ont utilisée Adam et Eve pour se couvrir ? non, plus probablement une feuille de figuier, assez grande pour cacher .. ce qu’il y avait à cacher bien qu’ils soient seuls dans ce jardin d’Eden. Ou encore la vigne, cépage de En-Guédi, très répandue dans cette région : on retrouve des pieds de ce cépage en Creuse, sans doute rapportés par des croisés. La mandragore, belle, attirante mais poison. Et encore le chêne, le sycomore, l’encens, l’hysope …

DSC00721  Un beau voyage dans le temps et pour l’esprit que cette magnifique présentation, photos et explications à l’appui, lors de cette heure et demie passée avec Jean Paquereau.

 

 

 

 

 

Tags: